Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 juillet 2010 5 02 /07 /juillet /2010 01:17

Sauf mention expresse contraire dans le contrat de travail, le contrat conclu pour la durée d'un chantier est à durée indéterminée.

 

 

La Cour de cassation vient de confirmer sa jurisprudence relative au contrat de chantier : le contrat conclu pour la durée d'un chantier est en principe à durée indéterminée. Il ne peut être à durée déterminée uniquement s'il est conclu dans le cadre des cas de recours autorisés par la loi (cas énumérés à l'article L. 1242-2 du code du travail : remplacement de salariés absents ; accroissement temporaire d'activité ; emplois d'usage dans certains secteurs d'activité) (Cass. soc., 29 oct. 1996, n° 93-44.829 : Bull. civ. V, n° 357 ; Cass. soc., 7.mars 2007, n° 04-47.059 : Bull. civ. V, n° 41). Mais cela ne suffit pas. Encore faut-il que le contrat indique expressément qu'il a été conclu à durée déterminée dans l'un des cas prévus par ce texte, ainsi que vient de le préciser la Cour de cassation dans un arrêt récent.

En l'espèce, un technicien soudeur a été engagé par un contrat conclu pour la réalisation de travaux de soudure sur un chantier à l'étranger avec une entreprise dont l'activité principale est la réalisation de travaux publics pour des chantiers situés à l'étranger. La durée était fixée « à un séjour » (ce qui représente 8 semaines dans la profession selon l'employeur).

Après avoir été informé de la survenance du terme du contrat de chantier, le salarié avait saisi la juridiction prud'homale afin d'obtenir la qualification de son contrat en CDD de chantier et des dommages-intérêts pour rupture anticipée abusive de son CDD.

La cour d'appel a fait droit à sa demande, estimant que son contrat était bien un CDD et ce pour plusieurs raisons :

  • il relevait bien des CDD d'usage. En effet les chantiers du bâtiment et des travaux publics effectués à l'étranger figurent dans la liste des secteurs d'activité de l'article D. 1242-1 permettant la conclusion de tels CDD ;
  • le contrat avait bien été conclu pour l'exécution d'un travail précis. Même s'il ne comportait pas de dénomination particulière, celui-ci précisait en effet que le salarié serait « affecté en célibataire à la filiale du Nigeria pour ses chantiers d'une durée d'un séjour environ ;
  • en outre, il respectait le formalisme requis pour les CDD par l'article L. 1242-12 du code du travail. Il indiquait en effet la définition de la fonction occupée, la qualification, la mention du lieu de travail, la durée du contrat.

La Cour de cassation n'est pas de cet avis. Elle casse l'arrêt reprochant à la cour d'appel de ne pas avoir constaté que le contrat mentionnait avoir été conclu dans l'un des cas énumérés par l'article L. 1242-1 du code du travail.

Repost 0
Published by frangui-alsace - dans Droit civil et du travail
commenter cet article
2 juillet 2010 5 02 /07 /juillet /2010 01:07
  • Article publié le 30 juin 2010
  • Source : Accord du 24 juin 2010 sur le portage salarial

Les nouvelles modifications apportées par le patronat (Prisme) à son projet d'accord initial ont eu raison de la résistance des organisations syndicales : trois d'entre elles ont signé, le 24 juin 2010, le nouveau texte qui leur était proposé.

 

Quatre organisations syndicales sur cinq ayant formellement refusé de signer le nouveau projet d’accord que le Prisme leur avait soumis le 8 juin dernier, l’organisation patronale a revu sa copie sur les deux derniers points qui bloquaient encore : la rémunération des salariés portés et le statut des entreprises de portage salarial (Voir Omnidroit, 7 juin 2010 ).

Le Prisme a ainsi accepté :

  • de relever le montant du salaire brut conventionnel minimal - hors indemnité d’apport d’affaires de 5 % - à 2 900 € par mois (soit un montant légèrement supérieur, à ce jour, à celui réclamé par les syndicats, à savoir le plafond mensuel de la sécurité sociale) ;
  • de faire disparaître du texte de l’accord toute référence à l’intervention des entreprises de travail temporaire en matière de portage salarial ; l’activité sera donc réservée à des entreprises exclusivement dédiées, lesquelles pourront toutefois être des filiales d’entreprises de travail temporaire.

Ces concessions ont amené la CFDT, la CFE-CGC et la CFTC à signer, le 24 juin 2010, le texte ainsi amendé et la CGT à émettre un avis positif.
La signature de l’accord n’aura pas d’effet immédiat, l'entrée en vigueur étant subordonnée à son dépôt auprès du Ministère du travail, et surtout à sa retranscription dans la loi.
Et les entreprises de portage salarial créées avant le 25 juin 2008 bénéficieront, à compter de cette entrée en vigueur, d’une période transitoire de 2 ans pour se mettre en règle avec le nouveau dispositif.

 

Remon

Repost 0
Published by frangui-alsace - dans Droit civil et du travail
commenter cet article
2 juillet 2010 5 02 /07 /juillet /2010 01:03

En l'absence de stipulations conventionnelles, la demande du salarié à temps partiel de bénéficier d'un horaire à temps plein n'est soumise à aucun formalisme.

 

 

Si elles ne sont pas définies par convention ou accord collectif de travail, les modalités selon lesquelles les salariés peuvent demander à bénéficier d’un horaire à temps partiel sont par voie réglementaire (article L 3123-6 du Code du travail). Tel est l’objet de l’article D 3123-3, qui détaille la procédure alors applicable (envoi de la demande par lettre recommandée avec avis de réception au moins six mois avant la date envisagée pour la mise en oeuvre du nouvel horaire, etc.).

 

La cour d’appel de Douai avait étendu l’obligation de respect de cette procédure au cas inverse d’une salariée à temps partiel qui souhaitait bénéficier d’un contrat à plein temps, jugeant qu’en l’absence de respect de cette procédure, l’employeur n’avait pas à répondre à la demande de la salariée. La Cour de cassation censure cet arrêt en relevant que la procédure prévue par les articles L 3123-6 et D 3123-3 du Code du travail ne concerne que les salariés demandant à bénéficier d’un travail à temps partiel. Elle n’était donc pas applicable au cas d’espèce.

 

Même si elle avait admis la généralisation de cette procédure, il n’est pas certain que la Cour de cassation aurait considéré que son non-respect rend la demande irrégulière et dispense l’employeur de toute réponse. Statuant sur une stipulation conventionnelle obligeant les salariés à temps partiel à former leur demande de passage à temps complet par lettre recommandée avec demande d’avis de réception, elle a en effet estimé que la formalité exigée ne constitue qu’un moyen de preuve (Cass. soc. 2 juin 2004 : RJS 8-9/04 n° 979).

Repost 0
Published by frangui-alsace - dans Droit civil et du travail
commenter cet article
2 juillet 2010 5 02 /07 /juillet /2010 00:55

Les sénateurs ont adopté, le 21 juin 2010, en deuxième lecture, sans modification, le projet de loi portant réforme du crédit à la consommation.

 

 

Le texte, adopté en première lecture le 27 avril 2010 par l'Assemblée nationale (V. Omnidroit, 29 avr. 2010) et le 19 juin 2009 au Palais du Luxembourg (V. Dalloz actualité, 19 juin 2009, obs. Astaix) vise à limiter les abus en prévoyant des garde-fous à l'entrée dans le crédit, comme, par exemple, un encadrement de la publicité pour empêcher les pratiques agressives, et en accompagnant les personnes qui connaissent des difficultés d'endettement.

 

La mesure la plus décriée du projet concerne la mise en place d'un « fichier positif » consistant, à l'image du fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers (FICP) de l'article L. 333-4 du code de la consommation à recenser non plus seulement les incidents de remboursement mais l'ensemble des crédits des particuliers (V., sur le sujet, R. C. Mader, Crédit : vers la création d'un fichier positif, blog Dalloz, 21 mai 2010). Ce registre national des crédits aux particuliers, placé sous la responsabilité de la Banque de France, fera l'objet d'un rapport élaboré sous douze mois par un comité chargé de préfigurer cette création.

 

L'adoption du texte sans modification ravira la ministre de l'économie qui a porté le projet et s'est engagée sur un calendrier d'application serré, notamment eu égard aux textes d'application attendus (V. Dalloz actualité, 29 avr. 2010, préc.). Christine Lagarde a ainsi déclaré que ces textes seraient publiés d'ici la fin de l'année 2010 pour une entrée en vigueur qui sera échelonnée jusqu'en mai 2011.

Repost 0
Published by frangui-alsace - dans Droit civil et du travail
commenter cet article
2 juillet 2010 5 02 /07 /juillet /2010 00:42

Les créances indemnitaires résultant de la rupture du contrat de travail relèvent de l'article L. 641-13, I, du code de commerce, peu important que l'activité ait cessé immédiatement.

 

 

Même en l'absence de maintien de l'activité, les créances résultant de la rupture des contrats de travail intervenue dans les quinze jours suivant le jugement de liquidation judiciaire bénéficient de la garantie des salaires de l'AGS (art. L. 3253-8 c. trav.). Seulement, cette garantie est-elle plafonnée (art. L. 3253-2 c. trav.), de sorte que la question du bénéfice du privilège de procédure accordée par l'article L. 641-13 du code de commerce aux créances nées postérieurement à ce jugement n'a rien de théorique. La présente affaire en fournit un excellent exemple : liquidation judiciaire le 2 mai 2007, licenciement le 14 mai, créance de 74 900,65 € nets, garantie à hauteur de 44 231,49 €, d'où un solde de 30 669,14 € pour lequel les juges du fond ont fait droit à la voie d'exécution engagée par le salarié licencié.

À l'appui de sa demande de mainlevée des saisies conservatoires, le liquidateur prétendait que l'article L. 641-13 ne visait « ni les créances nées pour les besoins de la procédure, ni les créances nées pour les besoins de la liquidation judiciaire parmi les créances assorties d'un privilège de procédure ». Etonnante affirmation, absolument contraire, sinon à la lettre du texte, du moins à son esprit, et sur ce point pas un auteur n'avait sérieusement pu soutenir autre chose : malgré les maladresses de la rédaction originelle de la disposition, il apparaissait évident pour tout le monde que le seul souci du législateur de 2005 était d'adapter à la liquidation judiciaire la formulation originelle de l'article L. 622-17, conçue pour la sauvegarde et le redressement judiciaire (V. A. Lienhard, Le nouveau privilège de procédure: entre restauration et éclatement, Mélanges Simler, Litec-Dalloz, 2006, p. 475). Mais, c'est vrai, une certaine confusion résultait du fait que la version de la loi n° 2005-845 loi du 26 juillet 2005 traitait dans la même phrase unique du I de l'article du sort des créances nées après le jugement de liquidation judiciaire, qu'il intervienne ab initio ou sur conversion, et des créances nées, dans ce dernier cas, après le jugement d'ouverture de la sauvegarde ou du redressement judiciaire converti. Et c'est donc fort heureusement que l'ordonnance n° 2008-1345 du 18 décembre 2008 est venue réécrire l'article L. 641-13, qui distingue maintenant nettement ces deux cas de figure, bien sûr cumulatifs, le cas échéant, de paiement à l'échéance des créances postérieures « utiles », au moyen de deux alinéas du I. Si bien que l'argumentation du mandataire ne tient désormais plus du tout face à la lecture du texte en vigueur depuis le 15 février 2009, qui mentionne « les créances nées régulièrement après le jugement qui ouvre ou prononce la liquidation judiciaire pour les besoins du déroulement de la procédure ou du maintien provisoire de l'activité autorisé en application de l'article L. 641-10 ou en contrepartie d'une prestation fournie au débiteur pendant ce maintien de l'activité ».

 

Compte tenu du contexte de cette clarification, il ne semblerait donc pas trop audacieux de lui conférer une portée interprétative. Et c'est peut-être le parti que, sans le dire, la Cour de cassation a adopté dans cet arrêt de rejet, en énonçant que « relèvent notamment du privilège institué par l'article L. 641-13, I, du code de commerce, dans sa rédaction en vigueur au jour du licenciement, les créances nées régulièrement après le jugement qui ouvre ou prononce la liquidation judiciaire, pour les besoins du déroulement de la procédure ». Quoi qu'il en soit, l'on ne peut que se réjouir, qu'à l'instar de la chambre commerciale confrontée à deux difficultés d'interprétation (autrement délicates) de la loi de 2005 résolues par l'ordonnance de 2008 (Com. 8 juin 2010, D. 2010. Actu 1478, obs. A. Lienhard  ; 2 mars 2010, D. 2010. AJ 649, obs. A. Lienhard), la chambre sociale ait opté pour cette lecture unificatrice.

 

Autre argument du liquidateur : seules les créances nées pendant la poursuite provisoire de l'activité en liquidation judiciaire bénéficieraient du privilège de procédure. Pareillement rejeté par l'arrêt du 16 juin 2010 : dès lors que les créances indemnitaires résultant de la rupture du contrat de travail étaient nées régulièrement après le jugement prononçant la liquidation judiciaire pour les besoins du déroulement de cette procédure, elles relevaient de l'article L. 641-13, I, « peu important que l'activité ait cessé immédiatement ». À cet égard, la solution s'imposait déjà sous l'empire de la loi de 2005, qui ne faisait pas du maintien de l'activité une condition du paiement à l'échéance des créances postérieures. À l'inverse, là, ce serait même plutôt le texte précité revu par l'ordonnance de 2008 qui poserait problème, mais seulement quant aux créances nées en contrepartie d'une prestation fournie au débiteur - et encore, selon certains auteurs, conviendrait-il de considérer, dans ce cas aussi, au regard notamment de l'intention supposée du « législateur » de 2008, que ne seraient pas exclues les prestations fournies après l'interruption de l'activité (V. F. Pérochon, Les interdictions de paiement et le traitement des sûretés réelles, D. 2009. Chron. 651, n° 36).

Repost 0
Published by frangui-alsace - dans Droit civil et du travail
commenter cet article
1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 23:12

Cet article a été mis à jour et complété en juillet 2010.

Notes préalables :

  • Rajoutez un compteur permet de "montrer" que votre blog est visité.
  • Si le compteur est en javascript, il n'est pas possible de le mettre en confiance.
  • L'étape 2 est commune à tous les compteurs.

Compteur de free.fr

 
Il s'agit de l'un des compteurs les plus répandus et utilisé. Il ne provoque pas de publicité, et est accessible en mode confiance.
J'ai réalisé un petit assistant pour créer le compteur, en deux étapes.


Etape 1 :  Préparer le compteur

 

si vous avez basculé, de gré ou par obligation (c'est mon cas mon blog TypePad proposé gratuitement par Sfr a été basculé d'office vers OverBlog ; résultat il me manquait plus de cent articles et pour les autres toute la reconfiguration est à refaire ! ) votre ancien blog vers un autre hébergeur, le cas échéant reprenez le chiffre de votre ancien compteur ; à défaut, n'exagérez pas le contenu de la case 'Faire commencer le compteur à :' ... ]

Nom de votre blog: (SANS le http:// et sans /, sans espace...)
Faire commencer le compteur à:
Choix du design: Voir les exemples de designs (pop-up)
Choix de la bordure:




Etape 2 : Ajouter un compteur sur le blog:

 

Cette étape est la même, peu importe si le compteur vient de ce formulaire ou pas.

  • Copiez ce code.
  • Dans votre administration, allez sur le page configurer > mise en page.
  • Ajouter un module "Texte Libre" en le glissant dans une colonne de modules. (Vous pouvez utiliser un texte libre déjà utilisé)
  • Cliquer sur le marteau qui figure sur le module texte libre

  • Cliquer sur le bouton "HTML".
  • Coller le code dans la zone de saisie.
  • Valider

Et enfin, admirez le compteur sur votre blog.

 

Autres méhodes et explications pour créer un compteur de visites :

 

Installer un compteur de visites depuis la création du blog

 

En confiance, on ne peut pas mettre de Javascript.

 

Où le trouver ? 

 

Le plus facile est de prendre celui de la FAQ d'Over-blog : Compteur

Sachant qu'il est plus ou moins exact.

L'éditeur de l'article a choisi le modèle garamnd. Il obtient le code HTLM suivant...

 

Lire la suite en cliquant sur le lien précédent… (Installer un compteur de ...)

Repost 0
1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 19:39

Vous recevez le message d’erreur suivant : il n'y a pas de moteur de script pour l'extension de fichier .vbs

 

SOLUTION :

 

-       Démarrer > Exécuter > Tapez regsvr32 vbscript.dll > OK ; normalement vous recevrez ensuite le message suivant dllregisterserver dans vbscript.dll réussi

 

-       Enregistrez votre base de registre : Démarrer > Exécuter > Dans la case ‘Ouvrir :’ tapez regedit > OK > Fichier > Exporter… (sur le Bureau par exemple) > Case ‘Nom du fichier :’ tapez, par exemple sauvegarde base de registre > Enregistrer (en cas de problème suite à la modification ci-dessous vous pourrez revenir en arrière en choisissant ‘Importer…’ au lieu d’Exporter…’ ou en double-cliquant sur le fichier ‘sauvegarde base de registre.reg’)

 

-       Faites également une sauvegarde en cliquant sur Démarrer > Tous les programmes > Accessoires > Outils système > Restauration du système > Cochez ‘Créer un point de restauration’ > Suivant > Donnez-lui un nom : Avant modif, par exemple

 

-       Copiez le texte surligné ci-dessous :

 

Windows Registry Editor Version 5.00

 

[HKEY_CLASSES_ROOT\.vbs]

@="VBSFile"

 

[HKEY_CLASSES_ROOT\.vbs\PersistentHandler]

@="{5e941d80-bf96-11cd-b579-08002b30bfeb}"

 

[HKEY_CLASSES_ROOT\VBSFile]

@="VBScript Script File"

"FriendlyTypeName"=hex(2):40,00,25,00,53,00,79,00,73,00,74,00,65,00,6d,00,52,\

  00,6f,00,6f,00,74,00,25,00,5c,00,53,00,79,00,73,00,74,00,65,00,6d,00,33,00,\

  32,00,5c,00,77,00,73,00,68,00,65,00,78,00,74,00,2e,00,64,00,6c,00,6c,00,2c,\

  00,2d,00,34,00,38,00,30,00,32,00,00,00

 

[HKEY_CLASSES_ROOT\VBSFile\DefaultIcon]

@=hex(2):25,00,53,00,79,00,73,00,74,00,65,00,6d,00,52,00,6f,00,6f,00,74,00,25,\

  00,5c,00,53,00,79,00,73,00,74,00,65,00,6d,00,33,00,32,00,5c,00,57,00,53,00,\

  63,00,72,00,69,00,70,00,74,00,2e,00,65,00,78,00,65,00,2c,00,32,00,00,00

 

[HKEY_CLASSES_ROOT\VBSFile\ScriptEngine]

@="VBScript"

 

[HKEY_CLASSES_ROOT\VBSFile\ScriptHostEncode]

@="{85131631-480C-11D2-B1F9-00C04F86C324}"

 

[HKEY_CLASSES_ROOT\VBSFile\Shell]

 

[HKEY_CLASSES_ROOT\VBSFile\Shell\Edit]

@="&Edit"

 

[HKEY_CLASSES_ROOT\VBSFile\Shell\Edit\Command]

@=hex(2):25,00,53,00,79,00,73,00,74,00,65,00,6d,00,52,00,6f,00,6f,00,74,00,25,\

  00,5c,00,53,00,79,00,73,00,74,00,65,00,6d,00,33,00,32,00,5c,00,4e,00,6f,00,\

  74,00,65,00,70,00,61,00,64,00,2e,00,65,00,78,00,65,00,20,00,25,00,31,00,00,\

  00

 

[HKEY_CLASSES_ROOT\VBSFile\Shell\Open]

@="&Open"

 

[HKEY_CLASSES_ROOT\VBSFile\Shell\Open\Command]

@=hex(2):25,00,53,00,79,00,73,00,74,00,65,00,6d,00,52,00,6f,00,6f,00,74,00,25,\

  00,5c,00,53,00,79,00,73,00,74,00,65,00,6d,00,33,00,32,00,5c,00,57,00,53,00,\

  63,00,72,00,69,00,70,00,74,00,2e,00,65,00,78,00,65,00,20,00,22,00,25,00,31,\

  00,22,00,20,00,25,00,2a,00,00,00

 

[HKEY_CLASSES_ROOT\VBSFile\Shell\Open2]

@="Open &with Command Prompt"

 

[HKEY_CLASSES_ROOT\VBSFile\Shell\Open2\Command]

@=hex(2):25,00,53,00,79,00,73,00,74,00,65,00,6d,00,52,00,6f,00,6f,00,74,00,25,\

  00,5c,00,53,00,79,00,73,00,74,00,65,00,6d,00,33,00,32,00,5c,00,43,00,53,00,\

  63,00,72,00,69,00,70,00,74,00,2e,00,65,00,78,00,65,00,20,00,22,00,25,00,31,\

  00,22,00,20,00,25,00,2a,00,00,00

 

[HKEY_CLASSES_ROOT\VBSFile\Shell\Print]

@="&Print"

 

[HKEY_CLASSES_ROOT\VBSFile\Shell\Print\Command]

@=hex(2):25,00,53,00,79,00,73,00,74,00,65,00,6d,00,52,00,6f,00,6f,00,74,00,25,\

  00,5c,00,53,00,79,00,73,00,74,00,65,00,6d,00,33,00,32,00,5c,00,4e,00,6f,00,\

  74,00,65,00,70,00,61,00,64,00,2e,00,65,00,78,00,65,00,20,00,2f,00,70,00,20,\

  00,25,00,31,00,00,00

 

[HKEY_CLASSES_ROOT\VBSFile\ShellEx]

 

[HKEY_CLASSES_ROOT\VBSFile\ShellEx\DropHandler]

@="{60254CA5-953B-11CF-8C96-00AA00B8708C}"

 

[HKEY_CLASSES_ROOT\VBSFile\ShellEx\PropertySheetHandlers]

 

[HKEY_CLASSES_ROOT\VBSFile\ShellEx\PropertySheetHandlers\WSHProps]

@="{60254CA5-953B-11CF-8C96-00AA00B8708C}"

 

-       Ouvrez ‘Bloc-notes (NotePad) : Démarrez > Tous les programmes > Accessoires

 

-       Collez-y le texte surligné ci-dessus

 

-       Toujours dans ‘Bloc-notes’ : Fichier > Enregistrer sous… (le bureau par exemple) > Case ‘Type’ = Tous les fichiers > Case ‘Nom du fichier :’ = vbs_file_fix.reg > Enregistrer

 

-       Double-cliquez sur le fichier vbs_file_fix.reg et validez

 

-       Redémarrer votre PC

 

Normalement votre problème est résolu !

Repost 0
30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 16:29

Publié le : 06-08-2008 | Dans : Astuces |

 

Les partitions « configuration EISA » sont souvent des partitions cachées par les assembleurs de pc pour y stocker les systèmes de restauration. Il est donc fortement déconseillé de les supprimer. Moi dans mon cas, c’est une partition NTFS qui s’est transformée sans raison en partition EISA. J’ai donc recherché comment supprimer cette partition sous Windows Vista (de préférence sans utiliser de logiciels tiers comme partition magic). J’ai découvert que cela était possible via l’utilitaire Diskpart sous Windows Xp et Vista.

 

 1 

 

Avertissement : Attention, les explications suivantes sont en lignes de commandes. Vous devez donc savoir ce que vous faites afin d’appliquer les manipulations suivantes. N’hésitez pas à sauvegarder vos données avant de procéder aux manipulations. Toute donnée supprimée par erreur ne pourra être récupérée. De même débranchez tout disque dur sur lequel vous n’avez pas à supprimer de partition afin d’éviter toute erreur de manipulation.

 

Procédure :


1. Ouvrir une commande Dos (en administrateur sous Windows Vista)
2. Lancez Diskpart en tapant « diskpart » puis tapez Entrer
3. Une fois dans les commandes Diskpart, entrez « rescan » puis tapez Entrer afin de scanner l’ensemble des partitions, volumes, et disques durs.
4. Tapez « list disk » puis tapez Entrer pour afficher la liste des disques durs disponibles.
5. Sélectionnez le disque contenant la partition à supprimer. Pour cela, tapez « select disk x » ou x est le numéro du disque et tapez sur Entrer. Attention à ne pas vous tromper de disque.
6. Tapez ensuite « list partition » puis Entrer afin d’afficher les partitions disponibles sur ce disque dur.
7. Sélectionnez la partition à supprimer en tapant « select partition x » où x est la partition EISA à supprimer puis tapez sur Entrer. Là encore attention au numéro de la partition. N’hésitez pas à sauvegarder vos données en cas de doute dans les numéros de disques / partitions.
8. Tapez enfin « delete partition override » et tapez Entrer.

 

Diskpart permet également de faire d’autres manipulations sur les disques durs, comme étendre une partition, marquer une partition comme active / inactive, … Pour plus d’infos, voir le site de Microsoft.

 

2 

 

Mots-clefs :dispart, disque, eisa

Repost 0
30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 16:12

Publié par Michaël Monnier

Ces dernières années, la réputation des barres d'outils en a pris un coup. Installées de force et envahissantes, leur présence est subie par les débutants. Trop souvent synonymes d'espionnage et de publicité, les utilisateurs avancés les rejettent quant à eux en bloc. Le constat semble sans appel, mais il faut tout de même se méfier des idées reçues. En la choisissant bien et en s'assurant du sérieux de son éditeur, une barre d'outils peut se révéler extrêmement pratique et même vous faire gagner un temps précieux. Pour vous en faire la démonstration, Clubic vous propose de découvrir une excellente solution publiée par Facebook !

Dédiée au navigateur Firefox, Facebook Toolbar vous permettra de gérer votre compte Facebook dans les moindres détails. Facile à installer, elle viendra se glisser juste en dessous de votre barre personnelle. Avant de pouvoir l'utiliser, il vous faudra comme d'habitude autoriser l'application à accéder à l'ensemble de votre compte Facebook. Si vous le souhaitez, vos identifiants et mots de passe pourront être conservés pour une ouverture rapide.

Bien qu'uniquement disponible en anglais, la prise en main est des plus rapide. Ainsi, il vous sera possible de mettre à jour votre statut, écrire sur votre mur, rechercher et ajouter des amis, mais aussi publier des lots de photos dans vos albums personnels. Le module consacré à cette fonction est plutôt bien réalisé. Il vous suffira de créer ou de sélectionner un album, glisser/déposer vos images et d'ajouter une légende. Via le bouton Quick Links, vous accèderez rapidement aux menus de votre espace : profils, amis, boite de réception, photos, articles, vidéos, groupes, liens, évènements et paramètres du compte.

En vous dirigeant du côté des options de l'extension, il vous sera possible de personnaliser vos notifications. Une info-bulle vous avisera en temps réel des mises à jour de vos contacts, demande de nouveaux amis et autres messages, évènements, groupes, partages. Cerise sur le gâteau, sous Mac l'application passera par Growl.

Bien pensée, cette barre d'outils officielle pour Facebook est une solution pratique pour gérer rapidement son espace Facebook. Discrète et paramétrable, les débutants apprécieront sa simplicité d'utilisation malgré l'absence de traduction française. À découvrir, elle se révèlera rapidement indispensable aux adeptes inconditionnels de Facebook !

Télécharger
Facebook Toolbar 1.4.4

 

Repost 0
30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 14:52

I - La création d’entreprises

Les étapes :

 

Documentation :

 

Pour les autres formules juridiques, me consulter, gracieusement si le renseignement que vous me demandez prend peu de temps.

 

Autres liens utiles pour créer une entreprise :

 

Annuaire des Centres de Formalités des Entreprises (CFE)

 

Le greffe du Tribunal de commerce de Paris propose un site Internet consacré à la création d’entreprise

 

Pour d'autres informations, consultez le Centre de Formalités des Entreprises (CFE) de votre secteur (voir auprès de votre Chambre de Commerce)

 

II - Les baux commerciaux

 

1) Le bail à construction

Important : voir ci-dessous 

 2) Le bail emphytéotique

 3) Le bail à réhabilitation

 4) Le bail avec indemnité ‘Pas de porte’

 5) Modèle de base de bail de location

 6) Cession de bail commercial

 7) Négocier son bail commercial

 

 

(1) Il est très fortement conseillé d'établir un bail à construction lorsqu'une entreprise fait des travaux de construction importants dans un local qui ne lui appartient pas et quand le dirigeant de l'entreprise est le propriétaire de l'immeuble ! A terme, les travaux réalisés pourront ainsi devenir gratuitement la propriété personnelle du dirigeant. Dans les autres cas, le bailleur ne pourra exiger la remise en état du local comme avant les travaux dans le cas où le bail de location serait rompu !

 

Un bail de location commercial est nécessaire pour constituer une entreprise. N'hésitez pas à consulter votre Centre de Formalités des Entreprises (CFE) pour la créer. Il vous fournira de nombreux documents tels un modèle de statuts et tous les documents à fournir ainsi que des imprimés qui vous guideront. Quand votre entreprise sera enregistrée, l'administration vous donnera un Kbis, pièce d'identité de votre entreprise, qui vous permettra de poursuivre vos démarches administratives et financières... Tout cela n'est pas aussi compliqué qu'il n'y paraît. Je vous souhaite la meilleure réussite possible dans votre projet !

 

(cliquez sur le texte ci-dessus pour effectuer une demande d'immatriculation d'une entreprise)

 

Repost 0
Published by frangui-alsace - dans Comptabilité et fiscalité
commenter cet article

Présentation

  • : Francis Guillot
  • Francis Guillot
  • : informatique et internet - trucs et astuces Windows XP 7 (seven) et Vista - sites internet – comptabilité et fiscalité - tableau de bord - fiscalité - création d'entreprises - droit civil, social et du travail
  • Contact

Like

Yahoo

Myspaceflickr-yahoo-logo.png.v4.png

Recherche